Une journée à l'école (27/02)

Publié le par Vic&Lo

Aprés en avoir fait la demande il y a maintenant plus d' un mois, ça y est, nous pouvons assister à une matinée à l'école. Le but pour nous est de voir l'esprit de cette école, l'organisation, le nombre d'élèves, les cours proposés... Tout simplement, comprendre comment ça marche!
Le lever mercredi se fera tôt : 6h45, nous n'avons plus l'habitude! Pour être à l'école  à 8h, normal.
A notre arrivée, les ados qui nous connaissent sont surpris. Les questions fusent : que faîtes vous là? Pourquoi? Mais tous sont agréablement surpris et j'ai la sensation qu'ils apprécient que nous soyons venus partager une de leur matinée avec eux!
L'école est en fait une sorte d'institut professionnel pour ados en difficultés, le but étant à la sortie que tous puissent être à même de trouver du travail.
Pour cela les ados peuvent choisir entre différentes spécialités :
- couture,
- cuisine,
- hygiène et soins,
- jardinage.

Ce jour-là, nous avons assisté aux travaux pratiques de couture : fabrication d'un oreiller.
Et nous avons été trés surpris, en effet, la plupart des enfant se sont trés bien débrouillés! Nous mêmes aurions été incapables de manier de telles machines (à coudre!).
Les classes sont composées d'un petit nombre d'élèves; un prof pour trois à six élèves (en couture).
Ce qui apparait comme de trés bonnes conditions d'enseignements malgré le fait que le matériel et les locaux nous semblent anciens. Mais nous ne savons pas si les conditions sont toujours les mêmes selon qu'ils s'agissent de travaux pratiques ou de théories.
J'ai oublié de préciser que l'école n'acceuille pas uniquement des enfants de l'orphelinat, d'autres enfants des alentours ayant des difficultés avec le système scolaire viennent apprendre un mêtier ici.
Nous partons à la fin des cours avec les ados afin de regagner le centre de Sofia. 
Cet aprés-midi, nous devons récupérer nos cartes de séjour.

Laurianne, le 02 mars 2008

Publié dans Notre volontariat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article